VOTE | 191 fans

#101 : Je ne suis pas un monstre

Titre VO : Pilot

Malcolm nous fait découvrir son petit monde, ses frères et ses parents tous plus déjantés les uns que les autres. Aujourd'hui est un jour spécial car Malcolm apprend qu'il ira jouer chez Stevie Kenarban, une tête d'ampoule. A l'école, il fait des tests et on lui apprend qu'il a un QI de 165 !!! Il ira alors dans la classe des têtes d'ampoule, une classe d'intello que tout le monde déteste, avec Stevie. Il affrontera aussi le caïd de l'école Spath...

Plus de détails

Titre original : Pilot

Première diffusion : USA 9 janvier 2000 (FOX) France 24 décembre 2001 (M6)

Première apparition de : Malcolm (Frankie Muniz), Loïs (Jane Kaczmarek), Hal (Bryan Cranston), Francis (Christopher Kennedy Masterson), Reese (Justin Berfield), Dewey (Erik Per Sullivan), Caroline Miller(Catherine Lloyd Burns), Stevie Kenarban (Craig Lamar Traylor), Julie Houler man (Landry Allbright)

Avec : Vincent Berry (Dave Spath), Martin Spanjers (Richard)

Scénario : Linwood Boomer

Réalisation :
Todd Holland


                                                                Résumé



Plan sur la terre, Malcolm nous présente ses frères : Reese qui a la narine qui siffle toute la nuit, Dewey avec ses pieds glacés, Francis son grand frère préféré qui a été envoyé dans un camps militaire en Alabama et enfin il se présente en nous disant que la meilleure chose dans l'enfance c'est qu'à un moment ça se termine.

Loïs rase les poils de son époux, Hal, en appelant les garçons qui sont dans leur chambre pour le petit déjeuner. Ils se battent pour deux gaufres. Aujourd'hui est un jour spécial puisque Malcolm va chez Stevie Kenarban qui est dans la classe des "têtes d'ampoule", des intellos détestés par toute l'école. Malcolm désapprouve, mais accepte vite pour éviter le sermon de sa mère qui finit par tomber. Loïs explique aux enfants que les gosses ne savent rien à la vie et que heureusement ils ont des jambes.

   En allant à l'école, Reese demande à Malcolm de garder Dewey. De l'autre côté de la rue, un garçon, Richard, dit à Malcolm que sa mère lui a dit que son frère était en prison alors qu'il est dans un camp militaire. Malcolm raconte les quelques bêtises de Francis qui : a brûlé une voiture, couché avec une fille à 15 ans, s'est fait arrêté par des policiers... Soudain, Malcolm, Richard et Dewey tombent sur Spath, le caïd de l'école, qui torture un élève. Malcolm met en garde Dewey et ils s'en vont.

En classe, Malcolm fait de la peinture et se lève pour aller montrer sa peinture à sa prof qui est émerveillée. Pendant ce temps, Spath se lève et met de la peinture rouge sur la chaise de Malcolm. Malcolm retourne à sa place et s’assoie sur la peinture rouge. Mais la prof l’informe que l’administration le convoque, immédiatement. Malcolm finit par se lever la peinture aux fesses, avec les moqueries de ses camarades. A l’administration, une certaine Caroline demande à Malcolm de s’asseoir. Elle lui montre un dessin sur lequel elle veut que Malcolm déniche plusieurs erreurs en 60 secondes chronos. Malcolm, énervé, donne toutes les énigmes en 25 secondes et informe Caroline qu’il a de la peinture rouge sur les fesses.


   Chez Stevie, lui et Malcolm sont dans ca chambre et mangent des cookies en se fixant du regard. Pour briser la glace, Malcolm demande à Stevie ce qu’il veut faire. Stevie lui raconte une blague, mais avec son problème de respiration la blague qui aurait pu durer 1 minute en dure 2 ! Malcolm veut regarder la télé mais Stevie lui répond qu’il ne peut pas et qu’il préfère lire des BD et lui montre son placard rempli de BD. Malcolm étonné commence à se lier d’amitié avec Stevie.


Le samedi matin, les garçons sont devant la télé et Loïs est en train de faire le ménage quand le téléphone sonne. Malcolm décroche et entend son frère Francis, tous les garçons se précipitent au téléphone ainsi que Loïs qui l'entend fumer au téléphone et demande son argent de poche 2 semaines à l’avance pour des paquets de cigarettes. Quand, Loïs raccroche Malcolm et Reese commence à se battre et Dewey par la même occasion. La sonnerie retentit. Loïs fatiguée et énervée ouvre la porte torse-nu. Caroline est offusquée et demande à lui parler d’une opportunité pour Malcolm…


   A table, tout le monde s’empiffre sauf Loïs qui informe tout le monde que Malcolm a un QI de 165 et qu’il ira dans la classe des " têtes d’ampoule ". Malcolm est mécontent et sort de table pour aller dans sa chambre.

Dans la chambre de Malcolm, Loïs console Malcolm en lui expliquant que la vie donne rarement l’occasion de progresser même si on le mérite…


En classe, la prof de Malcolm explique à tout le monde qu’il va dans la classe des " têtes d’ampoule ". Dans la classe des "têtes d’ampoule ", tous les élèves fixent du regard Malcolm, Malcolm les fait partir mais un élève vient lui demander PI en 50 chiffres, Malcolm lui dit de se barrer. Mais Malcolm est tellement énervé qu’il dit des méchancetés sur l’état de Stevie, au dernier moment il s’excuse mais trop tard Stevie est vexé.


   Dans la cour, Malcolm mange a une table et une ronde de gens l’entoure et suit ses mouvements. Malcolm sort de la ronde et va voir Stevie pour s’excuser, mais Spath lui lance une boîte sur la tête, Malcolm énervé se rebelle contre lui en lui disant ses quatre vérités. Spath énervé avance vers Malcolm. Malcolm lui lance de la mousse au chocolat sur le visage. Spath le rattrape et lui met un coup de poing, mais Malcolm se baisse et le coup de poing, faible, arrive sur Stevie qui fait semblant de tomber. Spath se fait charrier par ses gorilles et tout le monde aide Stevie.


Dans son jardin, Malcolm assis sur une poubelle explique comment l’histoire c’est fini, le Proviseur est arrivé a puni Spath qui a pleuré et a cru que Malcolm s’était imposé en héros. Et il dit que si une bande comme ses parents ont pu réussir à avoir un travail, il ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas y arriver. Et puis, c’est pas d’être dans la classe des " têtes d’ampoule " qui va le tuer. Dewey se plaint à Malcolm car il est sous la poubelle est a un cafard coincé dans le nez.



Bloopers :

Malcolm jette de la crème au chocolat au visage de Spath. Or, sur le plan précédent, ce n’est pas de la crème qu’il se saisit mais d’une brique de lait.
Lorsque Malcolm écoute la blague de Stevie, le cookie dans sa main disparaît puis réapparaît selon les prises.

NOTE :

¤ Linwood Boomer (scénariste) et Todd Holland (réalisateur) ont chacun reçu un Emmy Award pour cet épisode.

¤ Kyle (Will Jennings) apparaît dans la version longue de l’épisode, présente seulement dans le coffret DVD de la saison 1.

¤ La blague que tente de raconter Stevie (pour ceux qui sont restés sur leur faim) : Un homme rentre dans un bar avec une grenouille accrochée sur la tête. Alors le barman demande: "Comment ça a commencé ?", et la grenouille répond : "Et bien, ça a commencé par un bouton sous le ventre..."

¤ Cet épisode a été suivi par plus de 23 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis.

¤ Le titre français fait sans doute référence au film Je suis un monstre (1971) de Christopher Lee dans lequel un scientifique se transformait en un être monstrueux après s'être injecté un produit de sa propre composition.

¤ Une scène du script original mais jamais filmée présente le nom de famille de Malcolm comme étant Wilkerson. L’inscription Wilkerson est également gravée sur le badge que porte Francis à l’école militaire. Mais l’épisode étant un pilote, cette information ne doit pas être prise en compte dans l’absolu. Le nom de famille de Malcolm est donc officiellement inconnu.

¤ Par la suite, la maison où vit la famille n’est pas la même (dans le pilote, elle a même un étage, où se trouve la chambre des enfants). Les locaux de l’école militaire changent également.

¤ Pour ce premier épisode, certains seconds rôles sont tenus par des participants au casting des personnages principaux. Ainsi Martin Spanjers avait auditionné pour le rôle de Malcolm et Vincent Berry pour celui de Reese.

Malcolm Transcript VF épisode 1/16 : Je ne suis pas un monstre/Pilot Saison 1

(Plan de la terre.)
MALCOLM, voix off : Voici la Terre. 315 millions de kilomètres carrés. Même si je parcours 150 Km à chaque heure qui me reste à vivre. Je n’en verrais pas la moitié.
(Plan sur la narine de Reese.)
MALCOLM, voix off : Ca, c’est la narine gauche de mon frère, Reese. Et elle siffle, toute la nuit.
(Plan sur les pieds de Dewey.)
MALCOLM, voix off : Voici les pieds glacés de mon petit frère, Dewey.
(Plan sur la photo de Francis.)
MALCOLM, voix off :C’est mon grand frère Francis. C’est celui que je préfère. Alors, bien sûr, il a été envoyé dans une école militaire.
(Plan sur Malcolm.)
MALCOLM, voix off : Moi, c’est Malcolm. Vous voulez savoir le mieux avec l’enfance ? C’est qu’à un moment ça se termine.

Générique.

(Lois rase les poils de Hal pendant qu’il lit le journal. Lois chantonne.)
LOIS : Malcolm, Reese, Dewey, ramenez-vous !
GARCONS : Arrête ! Je t’ai même pas touché !
LOIS : Il ne reste que deux gaufres. L’un d’entre vous devra se contenter de céréales.
GARCONS : C’est pour moi ! Allez ! Donne ! Vous avez trichés ! Pour moi ! Pour moi !
HAL : Ecoute ça : ils envoient une sonde sur Vénus et c’est des gosses qui lui donnent son nom. Ahhhh, ça va mal finir.
LOIS : Cette tondeuse est déjà usée. Franchement Hal, tu ressembles à un singe.
MALCOLM, à la caméra : Ils font ça tous les mois. Il a une peau sensible. Les poils le grattent sous les vêtements.
LOIS : C’est dommage de jeter ça aux ordures. Les oiseaux pourraient s’en servir pour faire leur nid. Ou bien les enfants pourraient les utiliser pour un projet scolaire.
LOIS : Lève les bras.
REESE : Oh beurk !
LOIS : Malcolm, tu rentres directement de l’école aujourd’hui. Tu as rendez-vous pour jouer avec Stevie Kenarban et tu dois prendre un bain.
MALCOLM : Quoi ? Maman, non !
REESE : Malcolm a un rendez-vous avec Stevie...
MALCOLM : Ferme-la Reese !
REESE : Avec Stevie “roulettes” Kenarban ? C’est trop ! (Reese s’étouffe. Dewey rie. Lois tape dans le dos de Reese.)
HAL : Respire. Alors Malcolm en quoi jouer est un problème ?
MALCOLM : D’abord, je le connais même pas Stevie.
LOIS : Sa mère dit que vous avez déjeuné ensemble.
MALCOLM : Une seule fois. Il avait garé son fauteuil roulant à côté de moi. Je pouvais pas lui dire de partir. Il est même pas dans ma classe. Il est dans la classe des têtes d’ampoule.
LOIS : Ecoute-moi jeune homme. Cette seule fois semble avoir été très importante pour Stevie. C’est un être humain avec de sentiments humains. Alors tu vas être copain avec et éclopé et tu vas aimer ça, c’est compris ?
MALCOLM : Oui Madame. C’est compris. Si j’abandonne maintenant, j’évite le sermon.
LOIS : Vous les gosses....
MALCOLM : Zut !
LOIS : Vous trouvez ça normal d’avoir des jambes comme s’il ne pouvait rien leur arriver. C’est seulement un beau rêve. Il y a les méningites, les accidents de voiture... Je pourrais vous donner une fessée et toucher votre moelle épinière sans faire exprès. Chaque jour est une loterie. Le premier prix, c’est de ne pas avoir à vous déplacer sur un skateboard avec vos mains. Pensez un peu à ça. DEWEY : Je suis content de mes jambes, Maman.
LOIS : Je sais chéri, toi t’es un bon garçon. Arrête de te tripoter.

(Plan extérieur. On voit la famille de Malcolm sortir de leur maison.)
LOIS : C’est bon, ça suffit, ça suffit, ça suffit ! Désolée de plus avoir de jambon. Et que l’un de vous se contente d’un sandwich aux œufs. Et ne larguez pas votre petit frère.
REESE : Ouais Maman, ça serait trop horrible... C’est à ton tour de marcher avec lui.
MALCOLM : Je l’ai fait hier et avant hier.
REESE : Je l’ai fait quand il s’est pissé dessus.
MALCOLM : D’accord.
DEWEY : Maman a dit que tu dois me tenir la main.
MALCOLM : Elle a pas dit de te tenir la main. Je ne tiendrais pas la main.
DEWEY : Tiens-moi la main, s’il te plaît.
MALCOLM : Non, t’es en CP. T’es trop grand pour ça. Regarde, je marche déjà à côté de toi. Ca suffira.
(Dewey s’éloigne.)
MALCOLM : Et merde ! C’est pour ça que tout le monde t’embête !
(Une enfant cours vers Malcolm.)
RICHARD : Salut Malcolm !
MALCOLM : Salut Richard !
RICHARD : Ma mère discutait avec mon père la nuit dernière. Ils parlaient de ton frère. Elle a dit qu’il était en prison.
MALCOLM : Il est pas en prison. Il est à Marlin Academy. C’est l’une des meilleures écoles privées du pays.
(A la caméra.) Et c’est trop injuste. Tout le monde pense que Francis n’est qu’un gros fauteur de troubles. Et c’est pas vrai.
(Flash-back de Francis faisant des bêtises.)
FRANCIS : Papa, je sais ce que tu vas dire. Et crois-moi, je suis tout à fait d’accord avec toi. Il n’y a pas d’excuses à ce que j’ai fait. C’était stupide , immature, totalement irresponsable. Et je suis vraiment désolé. C’est juste que j’espère contre toute attente, que tu me donneras une autre chance. Même si j’admets,  ne pas le mériter. Mais si tu trouvais au fond de toi la force de me pardonner. Je sais que je pourrais racheter ta confiance.
MALCOLM, à la caméra : C’était même pas notre voiture !
DEWEY : Spath ! Spath ! Spath !
(Un caïd, Spath, essaye d’humilier un autre élève.)
SPATH : Voilà ce que je te propose : tu peux me supplier à genoux, lécher la semelle de mes chaussures ou prendre une raclée. Tu dois au moins lécher deux fois, mais, mais si tu lèches trois fois, tu seras tranquille pendant au moins deux semaines. D’accord ? C’est ma meilleure proposition.
MALCOLM : Dave Spath. Lui, il est envoyé nulle part.
(A Dewey.) Qu’est-ce que tu fais s’il t’attrape ?
DEWEY : Je me roule en boule.
MALCOLM : S’il commence à te frapper ?
DEWEY : Je reste en boule.
MALCOLM : Très bien, viens.
(Spath s’apprête à frapper l’enfant.)
SPATH : Attendez un instant. Non, laissez tomber.(Il commence à le frapper.)

(En classe.)
PROF : Dès que vous avez terminé votre peinture, vous l’apportez ici. Et vous commencez la nature au fusain. Vous ne pouvez prendre que deux fruits chacun. S’il vous plaît, faites-y bien attention. Je les ai payés de ma poche. De ma poche. (La voisine de table de Malcolm lui parle.)
JULIE : Oh Malcolm. C’est magnifique. (Malcolm se lève pour apporter son dessin à la prof.)
PROF : Oh Malcolm. C’est extraordinaire. La perspective est bonne. La composition est claire. Il y a même des semblants de véritable technique. Voilà enfin quelque chose qui illumine ma journée. (Rires.) C’est dire si ma vie est triste.
(Pendant que la Prof parlait, Spath s’est levé et a mis de la peinture rouge sur la chaise de Malcolm. Malcolm retourne s’asseoir.)
JULIE : Ca va ?
MALCOLM : Oui, ça va.
PROF : Malcolm ?
MALCOLM : Quoi ?
PROF : On te demande à l’administration.
MALCOLM : D’accord.
PROF : Je crois qu’on te demande immédiatement.
MALCOLM : D’accord.
PROF : Lève-toi, Malcolm !

(Malcolm se lève et se rend à l’administration les fesses recouvertes de peinture rouge. Les élèves se moquent de lui.)
CAROLINE :
Bonjour, je m’appelle Caroline. Assieds-toi. C’est toi Malcolm ?
MALCOLM : Oui, et j’ai rien fait.
CAROLINE :
On ne te reproche rien Malcolm. Tu es ici parce que certains de tes professeurs pensent que tu... Tu sais quoi ? Je veux seulement qu’on fasse des petits jeux. Des puzzles, des trucs comme ça.
MALCOLM : Pourquoi ?
CAROLINE : Oh la la... Tu es un petit garçon bien soupçonneux, n’est ce pas ? Bon, tu vas regarder cette photo durant 60 secondes. Et ensuite tu me diras tout ce qui cloche.
MALCOLM : L’homme n’a que quatre doigts.
CAROLINE :
Bien, mais cette fois, je veux que tu prennes bien le temps de tout regarder.
MALCOLM : L’ombre de la voiture est dans le mauvais sens. Le volant est du mauvais côté. Il n’y a pas de pédale de frein, les inscriptions dans le rétroviseur devraient être à l’envers, la montre du type ne peut indiquer midi s’il regarde un coucher de soleil, et j’ai de la peinture rouge sur les fesses. C’est bien ça, de la peinture rouge plein les fesses ! (Caroline reste bouche bée.)

(Chez les Kenarban. Malcolm et Stevie sont dans la chambre de Stevie et mangent.)
MALCOLM :
C’est des bons cookies.
STEVIE : Oui...très bons.
MALCOLM : Alors, tu peux faire quoi ? Je veux dire, qu’est-ce que tu veux faire ? STEVIE : Je connais...une blague.
MALCOLM :
Ouais ? Vas-y.
STEVIE : Un type...entre dans...un bar...et il...a une...grenouille sur...la...
MALCOLM : Une grenouille sur la tête.
STEVIE : ...sur la tête. Et le...barman... Attend, c’est pas...ça... Une grenouille...entre dans...un bar...
MALCOLM : Si on regardait la télé ?
STEVIE : Peux pas. Pas le droit.
MALCOLM : Quoi ? Tu veux dire tout le temps ?
SEEVIE : Ma mère dit...que la télé rend...idiot.
MALCOLM : Nan, la télé rend normal.
(A la caméra.) Comment ils peuvent lui faire ça ? Il est en fauteuil roulant ! Alors tu fais quoi toute la journée ? Tes devoirs ?
STEVIE : Je lis...beaucoup...de BD.
MALCOLM : T’as des BD ?
(Stevie ouvre son armoire est montre sa collection de BD à Malcolm étonné.)
MALCOLM :
Ouahhh !!! T’as vraiment le numéro 1 de Young Blood ?
STEVIE : Tu voudrais...le lire ?
MALCOLM : Ca va pas, je vais l’abîmer. Oh, t’as lu le dernier Savage Dragon. Quand il est séparé en deux ?
STEVIE : Oui, génial.
MALCOLM : Ce que j’adore, c’est qu’il ne donne jamais de leçons de morales ni rien, tout ce qu’il fait, c’est frapper tout le monde.

(Les enfants sont devant la télé.)
TV :
Vous êtes en état d’arrestation au nom de la galaxie. C’est ce que tu crois pied tendre de l’espace ! Tu ne peux pas m’échapper. Abandonne ou tu seras détruit.
MALCOLM, à la caméra : Le samedi matin, c’est ce que ma famille réussit mieux que toutes les autres familles.
(Lois passe et fait le ménage.)
LOIS :
Les garçons, cette maison doit rester propre, jusqu’au retour de votre père. Pour midi, y en a deux qui mangeront de la pizza. Et l’autre... Je ne sais pas, je crois que c’est des petits pois. (Le téléphone sonne.) Quelqu’un répond ?
REESE : Pas moi.
DEWEY : Pas moi.
(Malcolm se lève pour le téléphone.)
MALCOLM :
Allô?
FRANCIS : Jeune maître Malcolm.
MALCOLM :
Francis ! Salut !
(Tous les garçons se rapprochent soudain du téléphone.)
FRANCIS :
Hé vieux ! Je vous ai écrit une très longue lettre hier. Mais je n’ai que 3 minutes. Alors tu pourrais pas me passer le procureur ?
MALCOLM : Maman, c’est Francis.
(Lois prend le téléphone.)
LOIS :
Alors Francis, ça va l’école ?
FRANCIS : Ca pouvait pas être mieux maman. Mon nouveau coloc m’a appris à tuer des souris, à coups de marteaux hier, alors tu sais, entre ça et une autre atmosphère générale d’homosexualité latente, je pense que je commence vraiment à me reprendre en mains.
LOIS : C’est seulement jusqu’à cet été mon chéri.
ENTRAINEUR : Allez pousse ! Mets-y du tiens.
FRANCIS  : Ouais, écoute, je sais que je devrais pas demander, mais tu pourrais pas m’envoyer mon argent de poche avec deux semaines d’avance. Parce que j’ai comme besoin...
LOIS : Oh mon dieu ! Tu fumes ???!!!
FRANCIS : Quoi ??!!
LOIS : Tu fumes ! Je t’entends fumer. Tu fumes , c’est ça !?
FRANCIS : Mais maman, je fume pas ! Ca va pas !
LOIS : Tu as pourtant été témoin du supplice, que ton père et moi avons enduré pour arrêter. Ca ne t’a pas servi de leçon ?
(Les garçons écoutent à l’autre bout du fil.)
LOIS :
D’accord, écoute. Je parlerais à ton père. On pourra peut-être t’en envoyer une partie. Chéri, je dois y aller maintenant. Je te rappelle plus tard.
FRANCIS : Ok, merci maman, je t’aime.
(Lois racroche mais ralume le téléphone)
LOIS : Oh, je t’aime.
(Les garçons se rasseyent.)
REESE :
Il a trop de chance.
MALCOLM : C’est vrai, on ne va jamais nulle part. Et lui, il est en Alabama.
DEWEY : C’est bien l’Alabama ?
MALCOLM :
Réfléchis un peu Dewey. Il y a les cavernes de séquoia, la plus grande statue de fonte du monde? Et en plus c’est à côté de la Floride où y a Disney World.
DEWEY : Je parie qu’il va tout le temps à Disney World.
REESE : Hé débile, il a 16 ans. Il fait pas des trucs de gamins. Il va à des fêtes, boit de la bière et fait du ski.
MALCOLM : Bien sûr génie ! On fait beaucoup de ski en Alabama !
REESE : Ferme là !
MALCOLM : Ferme là toi même !
REESE : Essaie un peu de m’y obliger !
MALCOLM : Tout de suite ! Pas ma figure !
(Tout toune en bagarre. Pendant que Lois fait le ménage elle les entend et en a marre.)
LOIS :
J’espère que vous ne vous battez pas, Reese ! Malcolm ! J’ai dit que j’espère que vous ne vous battez pas parce... A quoi ça sert que je crie ! Reese ! Malcolm !
(La sonnerie retentit. Lois ouvre, mais elle est torse nue.)
LOIS :
Oui, vous voulez quoi ?
CAROLINE : Oh mon dieu...heu... Bon...bonjour je suis...
LOIS : Vous êtes?
CAROLINE : Je suis Caroline Miller de l’école de Malcolm. Je vous ai envoyé des lettres. Et j’ai laissé de nombreux messages sur votre répondeur.
LOIS : Voilà, vous m’avez attrapée. Vous voulez quoi ?
CAROLINE : Heu...ça fait 3 semaines...je n’ai pas eu de réponse et comme il est important pour Malcolm que ses parents soient partie prenante dans...
LOIS : Vous êtes venue pour insulter mes qualités de parents ?
CAROLINE : Non, je suis sûre que vous êtes une mère formidable.
DEWEY : Qui c’est le bébé maintenant ?
CAROLINE : Je suis ici parce que je pense qu’une très bonne opportunité pour... Rohh, vous ne pouvez pas mettre quelque chose ?
LOIS : C’est juste des nichons mademoiselle. Vous en voyez tous les matins dans le miroir. Et je suis sûre que les vôtres sont bien plus beaux que les miens.
CAROLINE : En fait, ce n’est pas...
LOIS : Je fais vous dire autre chose, si je ne vous ai pas répondu c’est parce que tout ça c’est des conneries.
CAROLINE : Quoi ?
LOIS : Vous n’allez pas mettre mon Malcolm dans une classe de demeurés. C’est quoi votre problème à vous ?! Pourquoi vous cherchez toujours à étiqueter les gens ? Malcolm est peut-être un peu bizarre. Et je sais, il parle tout le temps. Mais il n’est pas taré. C’est un bon garçon.
CAROLINE : S’il vous plaît ! Vous savez quoi ? Vous ne comprenez vraiment rien. Alors si vous me laissez entrer une minute, je pourrais tout vous expliquer. (Caroline entre dans la maison.)

(A table tout le monde s'empiffre sauf Lois.)
HAL :
Très bon chérie.
(Tout le monde sort, mais...)
LOIS :
Attendez, attendez, attendez. Il faut qu'on parle d'une chose.
(Tout le monde s'assoit.)
HAL :
On devait en parler qu'après sa biopsie.
LOIS : C'est pas ça. C'est à propos de Malcolm.
MALCOLM : J'ai rien fait.
REESE : C'est lui je l'ai vu !
LOIS : Un professeur de l'école est venu. Elle a fait passer des tests à Malcolm. Il a un QI de 165.
(Tout le monde se tait.)
HAL :
Qui ?
LOIS : Malcolm. C'est un génie. Il va aller dans une classe spéciale.
MALCOLM : Quoi ?
HAL : Malcolm est spécial ? De qui il tient ça ?
LOIS : Ils ont un programme spécifique pour enfants doués. Ils ont les livres qu'il faut, des profs dévoués, et des tas de bonnes choses qu'ils ne gâcheront pas sur des enfants normaux. Tu commences lundi.
REESE : Dans la classe des têtes d'ampoule ?
MALCOLM : Maman, non. Je veux pas y aller.
LOIS : Qu'est-ce que tu racontes ? Bien sûr que tu veux y aller.
MALCOLM : Non, je veux rester dans ma classe actuelle. Je veux pas être une tête d'ampoule.
REESE : Maman, sérieux, les têtes d'ampoule se font taper tout le temps.
LOIS : Attendez une minute, il n'y a aucun mal a être intelligent. Et il n'y a aucun mal a être coupé du troupeau. Cela fait de toi le seul bison à ne pas être là quand les Indiens précipitent les autres n bas de la falaise.
MALCOLM , à la caméra : Hein ?
MALCOLM : Maman, c'est pas juste. Si je veux pas y aller, pourquoi tu m'y obliges ?
LOIS : Parce que tu n'es pas le seul à décider. Nous devons faire ce qu'il y a de mieux pour toi.
DEWEY : Est-ce que Malcolm va en Alabama ?
MALCOLM : Maman, s'il te plaît ! Ne m'oblige pas à y aller !
HAL : Malcolm, calme-toi.
MALCOLM : Mais c'est pas juste !
LOIS : C'est ça, c'est pas juste. C'est la première fois que l'on donne une chance à quelqu'un de cette famille et toi tu veux tout gâcher.
MALCOLM : Papa ?
LOIS : Chéri ?
HAL : Et bien... Ecoute, chérie... Malcolm, tu vois... Enfin, j'arrête pas de le répéter, pourquoi il n'y a jamais de thé glacé dans ce pichet ? Je le remplis tous les matins, et quand je rentre à la maison, il n'en reste jamais.
MALCOLM : Je veux une meilleure famille !
LOIS : Malcolm ! Va chercher un yaourt.
(Malcolm quitte la table et va dans sa chambre.)
HAL :
Regardez moi ça. Vide. Tu veux pas faire du thé glacé ?
REESE : Non.(Chambre de Malcolm.)
MALCOLM :
Je veux pas aller dans une classe spéciale. Tout le monde me trouve déjà assez bizarre.
LOIS : Je sais.
MALCOLM : Je suis bien où je suis et je veux rester.
LOIS : C'est parce que tu ne comprends pas encore le monde. Mon chéri, la vie te donne rarement l'occasion de progresser. Même si tu le mérites. Regarde ton père et moi... Malcolm, je suis fière de toi. Toi et tes frères, vous avez la chance d'avoir des dons que d'autres n'ont pas. Et je parle pas seulement de Stevie Kernaban. Regarde les mômes Parker de l'autre côté de la rue. Ils sont en bonne santé, mais honnêtement, si c'est les gamins les plus laids du monde. Ils ont des têtes de betteraves bouillies. Et les gosses des Henderson, qui ont électrocuté leur chien en tentant de pirater le câble. Tu les trouves malins ? Et ton ami Richard...
MALCOLM : Il est pas moche ou débile.
LOIS :
Non, mais il est très efféminé. N'oublie jamais, tous ces gosses qui se moquent de toi ne sont que des petits minables qui finiront comme laveurs de voitures.
MALCOLM , à la caméra : Je devrais pas me sentir mieux, mais ça marche.
LOIS : Tout se passera bien mon chéri. Si tu n'en fais pas une grosse histoire. Personne n'en fera une.

(En classe.)
PROF :
Nous devons tous être particulièrement fiers de Malcolm, qui est transféré dans le programme des enfants surdoués. Malcolm ne semble peut-être pas différent de nous, mais il l'est. Très différent. C'est son cerveau. Et nous devrions en tenir compte.
(La moitié de la classe applaudi dont la prof.)
JULIE :
Au revoir.

(Malcolm se cache le visage avec ses doigts dans la classe des têtes d'ampoule.)
CAROLINE :
Très bien, aujourd'hui, nous commençons un chapitre sur la guerre du Péloponnèse que vous allez adorer.
(Malcolm enlève ses doigts.)
CAROLINE :
Malcolm ?
(Toutes les têtes d'ampoule sont devant lui.)
CAROLINE :
Tu vas bien ?
MALCOLM : Heu...ouais... Ca va.
CAROLINE : Très bien. Excusez-moi.
MALCOLM : Arrêtez de me regarder comme ça !
(Toutes les têtes d'ampoule s'en vont sauf une qui reste plus longtemps mais s'en va.)
MALCOLM :
Pourquoi ils font ça tout le temps ?
STEVIE : T'es nouveau.
MALCOLM : Ah génial ! Je suis le monstre de la foire aux monstres.
TETE D'AMPOULE : Pi en 50 chiffres. Attention. Prêt. Partez ! 3,141592653...58979323...
MALCOLM : Barre-toi, ou je te jure que je vais te tuer.
(La tête d'ampoule s'en va.)
STEVIE : Calme-toi, c'est tout.
MALCOLM : Ne me dis pas de me calmer ! Toi tu te calmes ! Personne ne peut vivre là-dedans !
STEVIE : Pour moi, ça va.
MALCOLM : Oui, bien sûr, pour toi, ça change pas grand chose. T'as toujours été un monstre. Moi, avant, j'étais normal. (A la caméra.) Hé, c'est moi qui vient de dire ça ?
MALCOLM : Tu as sûrement tout compris de travers.
STEVIE : Tu...crains.

(Dans la cour. Malcolm est entouré de gens qui suivent ses mouvements.)
MALCOLM :
Ici, être intelligent, c'est comme être radioactif.
(Les élèves suivent ses mouvements. Stevie est seul dans la cour vexé par Malcolm.)
MALCOLM :
Je crois pas à ce que je vais faire.
(Malcolm sort de la ronde des gens et va voir Stevie.)
MALCOLM :
Stevie ?
STEVIE : Quoi ?
MALCOLM : Ecoute... Je...
(Spath et ses gorilles jettent une bouteille sur la tête de Malcolm. Malcolm s'énerve et jette son repas parterre.)
MALCOLM :
Hé, Spath. Pourquoi t'arrêtes pas d'être un trou du cul ?!
(Spath descend de son "trône" et avance vers Malcolm.)
SPATH :
Comment tu m'as appelé ?
MALCOLM : Tu m'as très bien entendu ! Tu me fais plus peur ! Je m'en fiche Spath, tu piges ? Tout ce que tu sais faire c'est rendre tout le monde malheureux sauf tes babouins d'esclaves là-bas qui de toutes les façons font seulement semblant d'être tes amis. Ils te détestent autant que tout le monde ! Mais t'es bien trop occupé à jouer au méchant et à l'imbécile pour seulement t'en rendre compte ! (A la caméra.) J'essaie de courir, mais mes jambes ne répondent plus. Maman a raison, c'est important d'en avoir.
SPATH : Je sais pas pour vous, mais la tête d'ampoule m'a blessé.
(Toute la bande s'approche de Malcolm.)
STEVIE :
Hé !
MALCOLM : Va-t-en Stevie.
SPATH : C'est bien que vous soyez amis. Ca le dérangera pas de partager son fauteuil roulant.
MALCOLM , à la caméra : Bon, là, il va enfin se passer quelque chose de chouette. Donc on va ralentir l'image, pour en profiter au maximum.
(Spath s'apprête à donner un coup de poing à Malcolm qui lui lance une mousse au chocolat au visage, Spath le rattrape et essaye de lui redonner un coup mais Malcolm se baisse, le coup continue sur le menton de Stevie, mais ce n'était qu'un faible choc, Stevie fait semblant de tomber de son fauteuil roulant. Et Stevie se fait charier par ses gorilles et par tout le monde.)
GORILLE :
Mec, t'as frappé un estropié !
SPATH : Je voulais pas, j'essayais... Stevie, je suis désolé...
GORILLE : C'est quoi ton problème ? Il est en fauteuil roulant et en plus il a des lunettes !

(Devant chez Malcolm.)
MALCOLM, à la caméra :
Ensuite, le directeur débarque et tout le monde parle en même temps. Ce qu'il a pu tirer de tout ça, c'est que Spath a voulu voler le déjeuner de Stevie et que je suis le héros qui a essayé de l'en empêcher. C'était cool. Ok, c'est moins drôle quand Spath a commencé à pleurer. Non, en fait, c'était marrant.
(Plan sur les poils de Hal.) 
MALCOLM, à la caméra :
Les poils de papa...beuk... Ouais je sais, c'est dégueulasse. Mais si une bande d'oiseaux peuvent tirer le meilleur de ce qu'ils ont. Moi aussi.
(On entend Dewey dans la poubelle.)
DEWEY :
Malcolm !
MALCOLM, à la caméra : C'est comme d'être obligé d'aller dans une classe spéciale, je peux m'en arranger, hein ?
DEWEY : Malcolm !
MALCOLM, à la caméra : Pas maintenant ! C'est comme pour ma famille, on n'est pas la meilleure famille du monde, mais on peut s'améliorer. Enfin...c'est pas impossible.
DEWEY : Malcolm !
MALCOLM : Quoi ?!
DEWEY : Je peux sortir ?
MALCOLM : Nan, arrête de demander. (A la caméra.) Alors, en gros, je crois que tout va bien se passer.
DEWEY : J'ai un cafard dans le nez.
MALCOLM : Qu'est-ce que tu veux que j'y fasse ?!


FIN de l'épisode   

(Note : Ce transcript a été réalisé par l’équipe du site Malcolm HypnoSeries : / pour le site Malcolm HypnoSeries.)


Plan of the ground.)
MALCOLM, voice off: Here Earth. 315 million square kilometres. Even if I course 150 km at each hour which remains me to be lived. I would not see half of it. (Plan on the nostril of Reese.)
MALCOLM, voice off: This, it is the left nostril of my brother, Reese. And it whistles, all the night.
(Plan on the feet of Dewey.)
MALCOLM, voice off: Here frozen feet of my little brother, Dewey.
(Plan on the photograph of Francis.)
MALCOLM, voice off:This is my big Francis brother. It is that which I prefer. Then, of course, it was sent in a military academy.
(Plan on Malcolm.)
MALCOLM, voice off: Me, I am Malcolm. You want to know best with childhood? It is that at one time that finishes. Credits.
(Laws shaves the hairs of Hal while it reads the newspaper. Lois chantonne.)
LOIS: Malcolm, Reese, Dewey, you bring back!
BOYS: Stop! I did not even touch you!
LOIS: There remain only two waffles. One among you will have to be satisfied with cereals.
BOYS: It is for me! Go! Give! You cheated! For me! For me!
HAL: Listen to that: they send a probe on Venus and they is kids who give him his name. Ahhhh, that badly will finish.
LAWS: This mower is already worn. Frankly Hal, you resemble a monkey. MALCOLM, with the camera: They do that every month. It has a sensitive skin. The hairs scrape it under clothing.
LAWS: It is damage to throw that with the refuse.
The birds could make use of it to make their nest. Or the children could use them for a school project.
LOIS: Raise the arms.
REESE: Oh beurk!
LOIS: Malcolm, you return directly from the school today. You have appointment to play with Stevie Kenarban and you must take a bath.
MALCOLM: What? Mom, not!
REESE: Malcolm has an appointment with Stevie...
MALCOLM: Close To It Reese!
REESE: With Stevie "casters" Kenarban? It too is!
(Reese is choked. Dewey laughs. Laws types in the back of Reese.)
HAL: Breathe. Then is Malcolm in what to play a problem?
MALCOLM: Initially, I do not even know it Stevie.
LOIS: His/her mother says that you lunched together.
MALCOLM: Only once. It had parked its wheel chair beside me. I could not say to him to leave. It is not even in my class. It is in the class of the heads of bulb. LOIS: Listen to to me young man. This only time seems to have been very important for Stevie. It is a human being with human feelings. Then you will be buddy with and crippled and you will like that, it is included/understood?
MALCOLM: Yes Miss. It is included/understood. If I give up now, I avoid the sermon.
LOIS
: You them kids....
MALCOLM: Zut!
LOIS: You find that normal to have legs as if it could nothing arrive to them. It is only one beautiful dream. There are meningitides, the car accidents... I could give you a smacking and touch your spinal cord without making. Each day is a lottery. The first price, it is not to have to move you on a skateboard with your hands. Think a little of that.
DEWEY: I am content with my legs, Maman.
LOIS: I know cherished, you are a good boy. Stop of you tripoter.
(external Plan. One sees the family Malcolm to leave their house.)
LOIS: It is good, that is enough, that is enough, that is enough! Afflicted moreover have ham. And that one of you is satisfied with a sandwich to the?ufs. And do not release your little brother.
REESE: Yes Mom, that would be too horrible... It is in your turn to go with him. MALCOLM: I did it yesterday and before yesterday.
REESE: I did it when it was pissed above.
MALCOLM: Of agreement.
DEWEY: Mom said that you must hold me the hand.
MALCOLM: It did not say to hold you the hand. I would not hold the hand. DEWEY: Hold to me the hand, please.
MALCOLM: Not, be to you in CP. Be too large for you for that. Look at, I go already beside you. Ca will be enough.
(Dewey moves away.)
MALCOLM: And shit! It is for that that everyone annoys you!
(a child run towards Malcolm.)
RICHARD: Malcolm Hello!
MALCOLM: Richard Hello!
RICHARD: My mother discussed with my father last night. They spoke about your brother. She said that he was in prison.
MALCOLM: It is not in prison. It is in Marlin Academy. It is one of the best private schools of the country.
(A the camera.)
MALCOLM: And it is too unjust. Everyone thinks that Francis is only one large troublemaker. And it is not true.
(Flash-back of Francis making of the silly things.)
FRANCIS: Dad, I know what you will say. And me, I believe agree completely with you. There are no excuses so that I made. It was stupid, immature, completely irresponsible. And I am really sorry. It is right which I hope for against any waiting, that you will give me another chance. Even if I admit, not to deserve it. But if you found at the bottom of you the force to forgive me. I know that I could repurchase your confidence.
MALCOLM, with the camera: It was not even our car!
DEWEY: Spar! Spar! Spar!
(a caïd, Spar, try to humiliate another pupil.)
SPAR: Here are what I propose to you: you can beg me with knees, lick the sole of my shoes or take one scraped. You must at least lick twice, but, but if you lick three times, you will be quiet during at least two weeks. Of agreement? It is my best proposal.
MALCOLM: Dave Spar. He, it is sent nowhere.
(To Dewey.)
 What do you make if it catches you?
DEWEY: I roll myself in ball.
MALCOLM: If it starts to strike you?
DEWEY: I remain in ball.
MALCOLM: Very well, come.
(Spar is on the point of striking the child.)
 SPAR: Wait one moment. Not, leave tomber.
(Il starts to strike it.)
(In class.)
TEACHER: As soon as you finished your painting, you bring it here. And you begin nature with the charcoal. You can take only two fruits each one. There please, pay well attention. I paid them of my pocket. Of my pocket.
(the neighbor of table of Malcolm speaks to him.)
JULIE: Oh Malcolm. It is splendid.
(Malcolm rises to bring its drawing to the teacher.)
TEACHER: Oh Malcolm. It is extraordinary. The prospect is good. The composition is clear. There are even pretences of true technique. Here finally something which illuminates my day.
(Laughter.)
It is to say if my life is sad.
(While the Teacher spoke, Spath rose and put red painting on the chair of Malcolm. Malcolm turns over to sit down.)
JULIE: Does it go?
MALCOLM: Yes, that goes.
TEACHER: Malcolm?
MALCOLM: What?
TEACHER: One asks you with the administration.
MALCOLM: Of agreement.
TEACHER: I believe that one asks you immediately.
MALCOLM: Of agreement.
TEACHER: Rise, Malcolm!
(Malcolm rises and goes to the administration the buttocks covered with red painting. The pupils make fun of him.)
CAROLINE: Hello, I am called Caroline. Sit down. It is you Malcolm?
MALCOLM: Yes, and I did anything.
CAROLINE: One reproaches nothing Malcolm. You are here because certain of your professors think that you... You know what? I want only that small plays are made. Puzzles, tricks like that.
MALCOLM: Why?
CAROLINE: Oh it... You are a quite suspicious little boy, is not this step? Good, you will look at this photograph during 60 seconds. And then you will say all to me that bell.
MALCOLM: The man has only four fingers.
CAROLINE: Well, but this time, I want that you take time well all to look at. MALCOLM: The shade of the car is in the bad direction. The wheel is bad side. There is no footbrake pedal, the inscriptions in the rear view mirror should be with back, the watch of the type cannot indicate midday if it looks at one laying down sun, and I have red painting on the buttocks. It is well that, of red painting full the buttocks!
(Caroline remains not open mouth.)
 (At Kenarban. Malcolm and Stevie are in the room of Stevie and eat.)
MALCOLM: They is goods cookies.
STEVIE: Yes... very good.
MALCOLM: Then, you can do what? Do I want to say, what you want to make? STEVIE: I know... a joke.
MALCOLM: Ouais? Go ahead.
STEVIE: A type... enters... a bar... and it... has one... frog on......
MALCOLM: A frog on the head.

 

Kikavu ?

Au total, 66 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

vampire141 
10.02.2018 vers 22h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

LaFriteFan 
04.02.2018 vers 17h

sanct08 
31.01.2018 vers 09h

jujume80 
22.01.2018 vers 15h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

stephiet  (03.11.2018 à 16:43)

J'aime bien la série Malcom, c'est marrant.

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le nouveau quartier d'Hypnoweb consacré à la série Manifest !
Nouveau quartier ! | Vidéo d'ouverture

Participe à la rénovation du site Hypnoweb en nous aidant à mettre à jour des quartiers sans équipe
Du 19.11 au 02.12 | Edition d'Automne

Activité récente
Actualités
Sortie de Rosanna Arquette

Sortie de Rosanna Arquette
Le 3 novembre dernier, Rosanna Arquette (Anita) était présente à la soirée 2018 LACMA Art + Film...

Sortie de Rosanna Arquette

Sortie de Rosanna Arquette
Le 1er novembre dernier, Rosanna Arquette (Anita) était présente à la soirée TheWrap's Power Women...

Sortie de Christopher Lloyd

Sortie de Christopher Lloyd
Le 30 octobre dernier, Christopher Lloyd (Walter) était présent à la première du film The Front...

Sortie de Bryan Cranston

Sortie de Bryan Cranston
Le 4 novembre dernier, Bryan Cranston (Hal) était présent à la première de la pièce de...

Conflit familial

Conflit familial
En octobre dernier, Hayden Panettiere (Jessica) a reçu la visite de la police. Alcoolisée, elle a...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Quel guest-star avez-vous préféré ?

Total : 15 votes
Tous les sondages

Partenaires premium
HypnoRooms

lolhawaii, Aujourd'hui à 01:14

N'hésitez pas à venir le commenter

choup37, Aujourd'hui à 15:41

Merci stella et quimper ^^ Il en manque encore un! un p'tit clic!

pretty31, Aujourd'hui à 16:26

Pour une animation HypnoClap, j'échange mes HypnoCards en double contre vos doubles Movies alors n'hésitez pas ! Merci de votre aide

Steed91, Aujourd'hui à 16:30

Nouveau sondage sur Modern Family, quelle est la situation la plus stressante pour vous ? Votez nombreux Pas besoin de connaître la série.

Misty, Aujourd'hui à 16:44

Nouveau sondage sur Les 4400. Venez donner votre théorie sur le titre de la série

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site